JEAN-LOUIS COSTES – Musicien / Performer / Auteur / Réalisateur

JEAN-LOUIS COSTES – Musicien / Performer / Auteur / Réalisateur
DEMARCHE ARTISTIQUE

“On ne présente pas un artiste comme Jean-Louis Costes. Je veux dire par là que si vous êtes ignorant à son sujet, tant pis. Et il n’est jamais trop tard pour le découvrir sur les flots du web. Célèbre pour ses opéra-punk, ses penchants ‘organiques’, pour ne pas dire scatophiles, ses écrits polémiques, ses coups de gueules, ses textes de chansons dérangeants, on aurait tort de balayer son existence d’un revers de main en haussant les épaules et pensant que ce n’est qu’un lointain cousin francophone d’Iggy Pop, en plus trash. Marginal absolu qui aurait pu sortir de l’imagination de Pasolini, il n’est en fait (à l’instar, dans un autre genre, du penseur controversé Philippe Ariño ou de la bimbo Nabilla) que le condensé de toutes les névroses, les paradoxes de la société dans laquelle il évolue. Il est le témoin d’une société qui fonctionne, malgré tout, sorte de soupape de sécurité en mettant à nu les tabous, les questions dérangeantes. Peu importe qu’on soit d’accord ou en désaccord avec ces personnalités, qu’on les approuve ou pas, mais leur présence est rassurante, et il est même sain que des gens s’étripent entre eux à leur sujet. L’histoire artistique sur le moyen terme retiendra davantage l’œuvre marquante, surprenante, insaisissable de Jean-Louis Costes que celle de Christophe Maé. Certains artistes ne vivent que pour le temps présent et c’est leur choix, respectable. Le risque à ne vivre que dans le temps présent est de ne jamais s’interroger sur l’avenir. Avenir qui sera un jour le présent. Me suis-je fait comprendre ? Peut-être pas. Tant pis.”
Luc Melmont (introduction de l’interview “Costes l’Halluciné…” : http://lucmelmont.canalblog.com/archives/2013/05/12/27139091.html)

CRITIQUES

Le directeur de l’Opéra de Munich, présent dans la salle, était complètement subjugué par Costes. Au bar, il en parlait comme du plus grand artiste qu’il ait jamais vu en scène, comme un retour aux grands acteurs des années 20 ! Costes est un bourreau de travail, ça n’étonnera personne, à la virgule près, comme un musicien classique avec une partition noire d’indications, de notes, sauf que chez lui, c’est interne, et même corporel, habité. Costes, c’est pas un secret, je le considère comme un génie, un individu très rare qui oscille entre le Moraliste, le Mystique et d’autres choses très strictes. Il est un grand homme, un immense artiste, un humaniste qui se doit de recracher tout ce que la société refoule d’horreurs au nom justement de l’humain, du progrès, etc… Costes nous rappelle très simplement que la Barbarie, la Sauvagerie, ça semble être quand même ce qui toujours revient dans l’humaine nature. En cela : aucun progrès.
Noel Akchote – L’oreille en coin – France Inter

Les américains ont Marylin Manson. On a Costes.
Thierry Ardisson. Paris Premiere

Costes est sublime et profond.
Philippe Katerine

Costes est le Pasolini français.
Gaspard Noé – interview DVD Irreversible

C’est un mélange des VRP et d’Albert Dupontel. Très très bien ! Bravo ! voilà un mec qu’on devrait passer à la télé pour tous ceux qui disent que je suis un monstre ! On est toujours dépassé ! Totalement fou !
Karl Zero – Blind test – Best

Le texte de Jean Louis Costes, “Possédées par le Diable”, est… je cherche un mot, qui serait adéquat. Mais, comme je ne suis guère précise, je ne trouve pas LE mot. Ça m’avait frappée une première fois, en tombant par hasard sur un texte de Jean Louis Costes, en ligne, il y a quatre ans environ, sur son grand père arménien. Ça m’avait fait le même déclic. A mon avis, chaque fois qu’il écrit, il se passe quelque chose de passionnant. Si mon boulot c’était éditrice, je lui tomberais dessus et jamais plus je ne le lâcherais, enfin j’essaierais. Je suis prête à croire que ses autres “oeuvres”, non écrites, ont les mêmes qualités – je vois qui est Costes depuis que j’ai environ seize ans et il a toujours FORCÉ le respect. Là, j’ai trouvé le mot juste. Mais jamais ça ne m’a directement concernée. Sauf ses textes. Là, je suis sidérée, à chaque fois. Le problème avec ce genre de nouvelle, c’est que ça rappelle où en sont les autres, je dirais. En fait, je fais semblant de croire que quand il fait de la scène ça doit pouvoir avoir la même classe exceptionnelle que quand il écrit, mais au fond je n’y crois pas. Je pense qu’il est écrivain, qu’on a pas cinquante talents, qu’il a trop celui là et qu’il devrait s’asseoir et écrire écrire écrire. Mais je ne sais pas si le bien de l’humanité fait vraiment partie de ses priorités, donc peut être il s’en fout de s’asseoir et écrire.
Virginie Despentes

Ce dont Costes a eu le COURAGE de parler, c’est le NON-DIT de toute la société francaise depuis des années. Il est plus que temps que littérature et politique tiennent de nouveau le langage qui seul leur sied : celui, comme disait Bernanos, du permanent “Scandale de la Vérité”.
Maurice G. Dantec

J’achève tout juste le Costes, frénétique, limpide, mystique et magique, à un point tel qu’il me laisse un peu stone. Les gros morceaux d’époque font surface, comme les morceaux d’un repas mal digérés apparaissent dans la merde. La foutue colère est là. Dans le genre onde qui se propage et qui fait tout fondre sur son passage. Dans le style dépouillé d’un homme à poil qui gueule. Et qui explique un rite. Il a péché un truc, Costes, dans l’époque et dans les tréfonds de lui-même. Cà s’appelle une conjonction. Il a vu le cosmos dans un bout de merde. C’est insondable, et c’est d’autant plus incroyable qu’il n’y a pas que la colère ou la merde ou les mots. Il y a l’histoire ! Elle se tient de A à Z ! Elle est d’une mnémotechnique imparable! Ce n’est pas une logorrhée. C’est l’inverse d’une diarrhée verbale. C’est de la pure littérature. CQFD. Et tu étais là au rendez-vous. Chapeau. Cà ressemble de plus en plus à de la sorcellerie.
Jean-Marc Agrati

En tant qu’historien de l’art, je ne peux que me réjouir que vous mainteniez la flamme de l’excès. Alors que l’art contemporain est un mouroir, vous renouez avec la tradition provocatrice.
Jean-Marie Pradier – Theatre extrème

Je ne cesse de le dire, Costes est notre plus grand moraliste des temps modernes et des plus reculés à la fois. C’est tout comme Gesualdo, Sade ou Casanova. Trop en avance sur son temps ou alors trop en retard sur le troisième millénaire ? Faire le lien entre le supplice de la roue, l’amour courtois et les hyper-marchés ou les rappeurs de banlieues, qu’est-ce d’autre que le travail d’un visonnaire qui nous retraduit les temps médiocres actuels dans le language le plus précis ? Avec Lacan, Sollers ou Costes, on passe de très très bons moments.
Noel Akchoté – France Culture

Entre Dada et Artaud.
Libération – Hélène Hazera

Costes, assurément dérange. Son oeuvre est culte dans les milieux underground européens, américains et japonais. Attention les yeux !
Canal + Magazine

Costes est l’artiste le plus politiquement incorect d’aujourd’hui. Mais aussi un coeur tendre qui met sa vie en jeu et élève la branlette au rang des beaux-arts. costes emmerde le bon gout et le gout. Ses productions ne flattent pas l’oreille et hérissent le poil. notre coté socialement correct pourra trouver ça “nul” ou “gratuit”. Mais l’enfant qui sommeille en nous ne pourra que ricaner. Costes est ce qui reste de l’individu, une foisq qu’on lui a arraché tous ses appendices sociaux : la raison, la race, la morale, la race… Reste un trou noir qui éructe et défèque quelques vérités bien fumantes. Dans une époque qui a la religion du bon gout, Costes ne peut être qu’un hérétique.
Technikart – Agnes Giard

Le nombreux public est ravi. Fin du show sous un tonnerre d’applaudissments. encore un triomphe pour le plus fin des brailleurs. Jean-Louis Costes est à voir absolument.
Rock et Folk

Costes est insupportable et grandiose. Avec lui on a le sentiment de vivre au bord du chaos. On nage dans la folie furieuse. C’est l’enfer, et pourtant on rit et on pleure C’est le perpétuel balancement entre violence et sentiment qui fait la vraie valeur de Costes, sa vérité.
Paris-Match

Costes est au coeur de la fonction de l’art qui est de bouleverser la culture pour la faire avancer.
Jean Rouzaud – fondateur de Actuel et Nova

Costes évolue dans la mouvance issue de la décomposition du punk. Il est proche du mouvement industriel. Musique assourdissante et hurlements de haine. Costes y ajoute une dimension sexuelle et romantique. Ses shows sont des transes hystériques, des danses de Saint Guy. Les spectateurs participent à la folie. L’outrance de costes rappelle celle de Karen Finley. comme elle il se coule dans le langage de l’exploiteur, du violeur, du sadique, du raciste. Simple fou furieux ou génie méconnu ? En tout cas, il peut se vanter d’avoir su bouleverser les foules à une époque où chacun se targue d’être par trop blasé.
Christophe Bourseiller – Les forcenés du désir – Denoël

Je ne connais rien d’aussi sincère. Les textes sont pires que tout. C’est viscéral. On sent le type écumant de bave comme un chien enragé. L’intensité de la haine est inouïe. C’est la vision d’une humanité malade, bouffée par ses pulsions. Hystérique et pathétique. C’est effroyablement touchant.
Lionel Tran – Jade

Le premier roman de Costes fera jouir les nostalgiques de l’ambiance trash-caca des fêtes romantiques du 19ème siècle. Plus destroy qu’Iggy Pop, plus fou qu’Artaud, aussi scato que Pasolini et Sade, Costes est le seul artiste français adoré des USA au Japon.
Penthouse

Impossible de rester indifférent à l’art de Costes. Il faut avoir vu ça dans sa vie!
Demonia

Agitateur trash de la scène alternative, Costes pulvérise tous les tabous.
Urban Pass

Voila plus de dix ans que Costes promène son délirant “opéra porno-social” aux 4 coins de la planète. Costes c’est l’outrage à tout ce qui bouge. Il est seul contre tous, conchie les homos et les hétéros, les racistes et les antiracistes, les fachos et les cocos…C’est une vision d’une humanité malade, bouffée par ses pulsions, évoquant tout ce que l’on peut craindre dans la nature humaine. Costes c’est notre coté sombre, c’est les frustrations libérées d’un coup. C’est immonde et étalé comme cela d’un coup, on a peur mais…Quand j’ai vu son “Opera du Caca” j’ai adoré. Car Costes ose briser les tabous en tous genres. Tout est broyé, laminé, écrasé. La famille, la patrie, le boulot, le cul…
La Zone – Belgique

Loin du confort intellectuel et de la bonne conscience de la majeure partie du monde de l’art, Costes, par sa musique, ses spectacles et ses textes, n’a cessé de dépasser toute les limites. Son brut, parole crue, il refuse toute concession à l’esthétisme. Il prend des risques et touche au plus profond.
Sub

Jean-Louis Costes est artiste étonnant. Il ne semble pas y avoir de limites à son inventivité. Faire découvrir Costes à ses amis est toujours une expérience intéressante : il ne laisse jamais personne indifférent, certains l’adorent immédiatement, d’autres l’abhorent sans limites, tous s’interrogent sur les méandres de sa personnalité. N’ayons pas peur des mots… le travail de Costes est la liberté même en action.
L’Homme moderne

Disons simplement que Costes est l’un des artistes français majeurs vivants.
Tristan Edern Vaquette

Le dernier représentant contemporain du théâtre grand-guignolesque est bien sûr Jean-Louis Costes, lequel subit encore aujourd’hui les critiques nauséabondes des fondamentalistes savonnés qui pensent – cent-cinquante ans après Lautréamont ! – que la recherche de la vérité se doit d’être propre.
Laurent james – Ring

Cris de guerre, blasphèmes et incantations se succèdtent à un rythme vertigineux. A une époque bouffée par le show-bizz, il faut écouter les éructations céliniennes de Costes, le fou, l’artiste absolument hors normes.
Journal de Toulon

Votre oeuvre me parait faire fortement ressentir, la crise générale du sens et la désintégration des structrues sociales. Et corrélativement, vous montrez l’émergence d’un individu qui peut être la pire ou la meilleure des choses. vous anticipez sur l’époque, c’est pour celà que vous êtes souvent incompris.
Bernard Vatrican. Sociologue

LIENS

Site internet – http://www.costes.org
Page Facebook – http://www.facebook.com/jeanlouis.costes.pagefan






VOIR LA VIDEO PORTRAIT D’ARTISTE DE JEAN-LOUIS COSTES


AUTRES VIDEOS SUR JEAN-LOUIS COSTES

Interview de Jean Louis Costes par Ardisson




Interview Quart d’heure de célébrité de Jean-Louis Costes




01.03.2014

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>